Les Rencontres d’Été à la Datcha – Rimes & Sentiments

Comment sommes nous passés entre les gouttes aux journées d’éde La Datcha ?

Du 3 au 5 Août 2017 étaient organisées dans le parc de la Gerbette, siège de La Datcha de Donville, les deuxièmes rencontres d’é de notre association. Malgré un temps très incertain et peu estival, une centaine de personnes se sont déplacées pour assister aux différents événements proposés.

Le jeudi 3 août dabord, une vingtaine de personnes, portant parkas et doudounes ont bravé le froid pour écouter Jean- Noël Benoît nous évoquer son séjour en Russie, entre 1984 et 1987, en tant que lecteur d’université à Krasnodar puis à Moscou. Une expérience dont il a tiré un livre: « La faucille et la vodka » riche d’anecdotes relatées de manière intimiste et éclairante sur la Pérestroïka.

Le lendemain ce fut au tour de Jean Lamontagne, de nous faire voyager dans la vie et l’œuvre de Pouchkine, ce grand auteur russe qui aimait tellement la France et la langue française qu’il réussit à se faire tuer en duel par un français, DAntés. Là encore le même temps incertain n’avait pas réussi à dissuader une bonne vingtaine de personnes curieuses ou amoureuses de la littérature russe.

Et le samedi 5 août, vers 16 heures, une cinquantaine de personnes ont bénéficié d’un temps à peine plus clément, mais toujours sans gouttes, pour écouter d’abord Jacques Ibanès nous parler de sa rencontre avec Victor Lebrun, l’ancien – mais alors très jeune – secrétaire de Léon Tolstoï, qui s’était installé en Provence à la fin de sa vie. Jacques Ibanès a publié les mémoires de ce dernier dans un livre appelé : « Passion Tolstoï ».

Ensuite, lors d’un intermède décoiffant, nous eûmes droit à la prestation truculente de Laurent Boulassier, dans le rôle de Daniil Harms, auteur maudit d’un théâtre de l’absurde russe des années 30.

Enfin l’après-midi s’est conclue en beauté avec le spectacle musical « Les nuits de Montmartre », mis en scène et superbement interprété par Pascal Monge, le narrateur, avec Natacha Fialkovsky à la balalaïka et Pascal Storch à la guitare. Nous fûmes plongés dans le Paris des années 30, lorsque les immigrés russes se réunissaient pour faire la fête à la maison ou au cabaret pour oublier leur déracinement. Un très beau spectacle qui tient encore l’affiche à Paris cet hiver.

Merci encore à Michel et Caroline Lesnoff-Poliakoff pour cette riche programmation qui, nous l’espérons, sera reconduite l’éprochain, grâce à leurs efforts, aux artistes, aux bénévoles, aux membres de l’association, et nous l’espérons bien sûr, une météo estivale!

Texte de Jean-Pierre Corre

Partagez votre impression avec nous !